Accueil > Les Espaces Volontariats > Afrique > Côte d’Ivoire > Installation du volontaire

Installation du volontaire

 

 

 

 

 

 

Dernière actualisation : novembre 2017

L’entrée en Côte d’Ivoire

 

Le visa

L’entrée en Côte d’Ivoire est différente selon que vous êtes titulaire d’un passeport ordinaire ou d’un passeport diplomatique ou de service conformément aux différents accords passés entre certains pays et la Côte d’Ivoire qui classe les pays en quatre groupes (A, B, C, D). Les ressortissants français munis d’un passeport ordinaire ou officiel sont soumis à l’obligation de visa biométrique ou du e-visa (délivré directement à l’arrivée à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny). Si vous n’êtes pas français et désirez connaître la situation correspondant à votre nationalité, cliquez ici.

Pour les volontaires français dont la mission est supérieure à trois mois, il est recommandé de demander le visa de trois mois puis d’effectuer une prolongation du visa une fois sur place.

La demande de visa doit être directement adressée à l’Ambassade de Côte d’Ivoire en France par l’intermédiaire du site Internet SNEDAI.

  • Pour le visa biométrique, il est nécessaire de passer par Internetpour effectuer le paiement (50 €) et la prise de rendez-vous à l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Paris (102 Avenue Raymond Poincaré, 75016) pour déposer sa demande de visa (horaires : 9h30-12h). Le dossier est traité dans les 48h, suite à quoi il faut venir retirer le visa à l’Ambassade (horaires : 15h30-17h).
  • Pour le e-visa, la procédure (paiement de 73€, transmission et validation du dossier) se fait intégralement en ligne. Un reçu permet de récupérer le visa directement à l’arrivée en Côte d’Ivoire, à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny.

Selon les cas, la demande de visa nécessite de présenter des documents différents, mais une demandecomporte toujours les pièces suivantes :

  • Un passeport en cours de validité (au moins 6 mois) et la photocopie des trois premières pages ;
  • Le certificat international de vaccination contre la fièvre jaune (à présenter à l’arrivée à l’aéroport) ;
  • Une attestation détaillée de réservation de billet d’avion ou une photocopie du billet d’avion aller/retour.

 

La carte de résident biométrique

La carte de résident biométrique est valable 5 ans et remplace le permis temporaire de séjour à compter du 1er janvier 2018. A noter que le visa tourisme de 3 mois avec lequel vous êtes rentré.e en Côte d’Ivoire existe toujours, et peut également être renouvelé tous les 3 mois si vous êtes présent.e en Côte d’Ivoire sur une courte période. 

La carte de résident coûte 35 000 F CFA pour les "coopérants français", dont les volontaires français font partie.

Pour les volontaires non français de la zone CEDEAO, pas besoin de carte de résident.

Pour les volontaires non français hors zone CEDEAO, la carte coûte 300 000F CFA.

Toute la procédure est expliquée sur ce lien : http://www.carteresident.ci/Prepare-your-application.html

Ce qui peut vous poser question :

  • le certificat de résidence : vous pouvez l’obtenir au commissariat de votre quartier sur présentation d’une pièce d’identité et d’une facture de votre domicile (même si elle n’est pas à votre nom). Le certificat de résidence coûte 2 000F CFA et est délivré immédiatement.
  • le casier judiciaire : pour l’obtenir lorsque l’on n’est pas né.e en Côte d’Ivoire, il faut aller au Ministère de la Justice au Plateau (immeuble Rita, prendre la rue qui passe entre l’école Cefiat et la Banque Sahelo-Saharienne). Prenez avec vous une photocopie de l’extrait de naissance, la photocopie de votre permis temporaire de séjour ou de votre visa d’entrée et une feuille indiquant les noms et prénoms de votre père et de votre mère, votre profession, votre commune de résidence, votre situation matrimoniale, le nombre d’enfants à votre charge et votre numéro de téléphone. Le casier judiciaire coûte 10 000F CFA et est délivré dans les 2 jours ouvrables.
  • l’attestation administrative pour prouver que l’on est bien coopérant.e de nationalité française : en raison de l’accord cadre liant France Volontaires à l’Etat ivoirien, l’Espace Volontariat de Côte d’Ivoire est en mesure de fournir une attestation aux VSI dont la structure d’envoi est membre de France Volontaires (pour le savoir, suivre ce lien : https://www.france-volontaires.org/-Nos-membres-) ainsi qu’aux services civiques.

Toutes ces informations peuvent être susceptibles d’évoluer : la procédure étant nouvelle, nous sommes également en train de découvrir son fonctionnement et de faire en sorte qu’elle soit la plus facile possible pour les volontaires français.

Si vous avez d’autres questions ou des conseils, n’hésitez pas à nous les partager pour que l’on puisse les retransmettre. Pour les volontaires situés dans l’intérieur du pays, contactez-nous si besoin, nous pouvons vous aider dans vos démarches à distance étant donné qu’il est parfois difficile de se déplacer sur de longues périodes.

 

Enregistrement au Consulat

Dès votre arrivée en Côte d’Ivoire, il est vivement recommandé d’accomplir les formalités d’enregistrement sur le Registre des Français établis hors de France, auprès du Consulat de France. Cette formalité est simple et gratuite.Elle permet de faciliter l’accomplissement des formalités administratives, de recevoir des informations et d’être recensé dans le plan de sécurité du consulat de France. Pour vous inscrire, vous devez justifier votre identité, votre nationalité française et votre résidence en Côte d’Ivoire. Plus d’informations.

Contacts Ambassade de France et Consulat d’Abidjan

Par ailleurs, il est recommandé de s’inscrire également sur Ariane, le service d’information pour la sécurité des français de l’étranger, qui permet de recevoir en temps réel par mail et/ou texto les informations et recommandations de l’Ambassade en matière de sécurité.

 

Se loger

 

La Côte d’Ivoire offre plusieurs types d’établissements hôteliers (hôtel, motel, résidence, complexes) avec des commodités d’hébergements convenables pour des séjours de courte durée. Pour en savoir plus, consultez la rubrique « Les bonnes adresses ». Par ailleurs, les missions catholiques ou évangéliques, couvents et paroisses offrent parfois des possibilités d’hébergement à prix abordables, tout en garantissant un cadre tranquille (hors des horaires des offices).

Pour les longs séjours, la location d’une maison (en colocation ou non) ou d’un studio est la meilleure solution. Pour les volontaires, n’hésitez pas à vous adresser à votre partenaire afin qu’il vous aide à trouver un logement adéquat à votre lieu de travail et à votre budget. De manière générale, le bouche-à-oreille est un moyen très efficace pour trouver un logement. Si vous restez pour plus de 6 mois, le mieux peut donc être de prendre un logement provisoire (dans un centre religieux par exemple) et de prendre le temps de chercher un logement qui vous convienne par le biais de votre réseau sur place.

Les baux locatifs sont en général de un ou deux ans et sont susceptibles d’être réévalués tous les ans. Même si la caution maximale légale est de 3 mois de loyer, il faut le plus souvent verser de 1 à 6 mois d’avance, charges comprises. Il est recommandé d’établir un état des lieux avant de s’engager dans une location.

 

Abidjan

A la capitale, les quartiers résidentiels les plus prisés sont au Nord d’Abidjan (Au Nord des Ponts), Cocody résidentiel - Vieux Cocody - Les Deux Plateaux - Riviera I - II - III.

Au Sud des ponts, vous avez les quartiers de Marcory résidentiel, Zone 4, Biétry.

Pour un studio non équipé, prévoir environ 150 000 FCFA (229 €). Pour la location d’un appartement dans un quartier résidentiel, les prix varient entre 350 000 Francs CFA (534,35 €) pour une maison de trois pièces à 1 million F CFA (1530 €) voire 2 millions de FCFA (3 054 €) pour une villa.

Il existe à Abidjan des studios et des villas meublés, payables à la journée ou à la semaine. Location jour : 15 000 à 30 000 F CFA soit 22,87 à 45,73 €

Il s’agit cependant ici des prix qui correspondent aux zones les plus aisées : ils varient énormément d’un quartier à l’autre, aussi pensez à bien vous renseigner auprès des habitants de la même zone pour pouvoir vous faire une meilleure idée.

Des agences immobilières peuvent vous aider à trouver des maisons : voir des annonces en ligne. Des groupes Facebook spécialisés comme Colocation Abidjanou Expat Abidjanpeuvent être une source d’informations également. Attention cependant de se renseigner sur les prix au préalable pour éviter les arnaques.

 

Bouaké, Yamoussoukro et autres localités

Les prix y sont moins élevés et plus abordables qu’à Abidjan. Le loyer varie entre 250 000 F CFA (380 €) pour un 3 pièces à 1 050 000 F CFA (1 600€) pour une villa. Tout comme à Abidjan, il faut garder en tête que les prix peuvent beaucoup varier d’un quartier à l’autre : il est donc nécessaire de se renseigner avec des personnes habitant sur place.

NB : Le marché de l’immobilier est peu organisé. Les quelques rares organismes professionnels (Kalimba, AICI…) laissent varier les valeurs immobilières au gré des intermédiaires et des opportunités. On trouve des annonces dans les agences immobilières ou dans la presse locale, ainsi que sur Internet.

 

Se déplacer

 

A l’arrivée à l’aéroport Félix-Houphouët-Boigny

A votre arrivée à l’aéroport Félix-Houphouët-Boigny à Abidjan, des taxis individuels de couleur rouge-orangée appelés ‘taxis compteurs’ sont à votre disposition pour vous conduire à la destination de votre choix à la course. Le compteur se met en marche à partir de 100 FCFA soit environ 15 centimes d’euros et évolue en fonction de la distance et de la durée de la course. Cela revient plus cher, surtout quand vous ne connaissez pas la destination. C’est l’occasion toute trouvée pour le chauffeur de faire « recette » en utilisation le trajet le plus long et le plus embouteillé. Il est donc préférable de négocier avant de monter. La course varie entre 3000 (environ 5 €) et 6000 F CFA (environ 9 €).

 

En ville

En ville, vous avez le choix entre les ‘taxis compteurs’ (à la course), les taxis intracommunaux (wôrô-wôrô) et les taxis intercommunaux. En dehors de Bouaké et quelques villes du Nord, il n’existe pas de taxis moto dans la majorité des localités. Il est cependant préférable et plus sécurisant de prendre les taxis voitures. La couleur des taxis indique la commune où ceux-ci sont autorisés à circuler. A Yamoussoukro, vous avez les taxis tout blancs avec des bandes orange et verte ; à Bouaké, vous les avez en rouge-orangé.

 

A Abidjan :

  • Les voitures à la couleur rouge tirant vers l’orange sont des taxis-compteurs.
  • Les voitures à la couleur bleue sont des intracommunaux (wôrô-wôrô) de la commune de Yopougon.
  • Les voitures à la couleur jaune sont des intracommunaux (wôrô-wôrô) de la commune de Cocody.
  • La couleur verte désignent les taxis des intracommunaux (wôrô-wôrô) des communes de Marcory, Koumassi et Williamsville.
  • La couleur beige avec deux bandes marrons désignent les intracommunaux (wôrô-wôrô) d’Abobo.

Avec les taxis compteurs à Abidjan, vous embarquez seul dans le taxi qui vous amène directement à votre destination.

Les taxis intracommunaux (wôrô-wôrô), eux, circulent en boucle en interne des communes. Vous l’arrêtez et vous lui indiquez votre destination. Le coût moyen de la course dans les communes est de 250 F CFA (0,38 €).

Avec les taxis intercommunaux, vous prenez le taxi collectif à des points de chargement préétablis selon votre destination en Abidjan. En général, le prix est de 200 (30 centimes d’euros) à 800 FCFA (1,2 €) selon la commune de destination.

Il existe également depuis peu à Abidjan des compagnies de taxis fonctionnant au travers d’applications telles que Taxi Jetou Africab, que l’on pourrait définir comme une sorte de croisement entre l’application Uber et une centrale de réservation plus traditionnelle. Le tarif moyen d’une course s’élève à 1 600 F CFA.

  • Les bus

Pour les déplacements intracommunaux, vous avez également la compagnie nationale de bus, la SOTRA (la Société des Transports Abidjanais) qui offre des lignes EXPRESS (de couleur verte et blanche) entre les différentes communes de la ville d’Abidjan. Le prix est de 500 F CFA (0,70€). Depuis peu, les bus de la commune de Cocody sont équipés de Wi-Fi gratuit, on les appelle les Wi-bus.

Les gbakas sont des bus bon marché qui permettent également les déplacements intracommunaux, voire de se déplacer jusqu’aux localités les plus proches. Leur prix varie selon la distance parcourue, de 150 à 500 F CFA (0,20 à 0,70 €).

  • Les bateaux-bus

La SOTRA propose des navettes traversant la lagune, permettant de relier Abobo-Doumé et le Plateau, Treichville et Blokosso. Les bateaux partent des gares lagunaires de chacun de ces quartiers et circulent de 5h à 20h. Un aller simple coûte en moyenne 200 F CFA (0,30 €).

 

Se déplacer entre villes

 

Les bus

Pour vos déplacements interurbains, vous pouvez vous adresser aux compagnies de voyages dans les gares routières. Le tarif est fixe et en général affiché au guichet. A Abidjan, la plupart des compagnies se trouvent au quartier Adjamé.

Les badjans sont des bus bons marchés interurbains, que l’on peut prendre à la gare routière d’Adjamé.

 

Les taxis brousse

Ce sont des taxis qui font les lignes entre les villes et les villages. Il s’agit alors de trouver la gare routière de la ville et de se renseigner sur les prix (mais pas directement auprès du chauffeur car il risque de prendre une forte commission). Ensuite, vous pouvez négocier avec le chauffeur.

Il faut savoir que ce mode de transport est très inconfortable car les sièges arrières peuvent accueillir jusqu’à 5 ou 6 personnes et les sièges avant, 2 ou 3 en plus du chauffeur. Ce sont souvent des véhicules vétustes et pas toujours fiables.

A noter : ce mode de transport est à sécurité relative mais on n’a pas toujours le choix.

Si vous ne souhaitez pas avoir recours à ce type de transport, louez un taxi (prix à négocier avec le chauffeur).

 

Le train

Une ligne de chemin de fer relie Abidjan à Ouagadougou, la capitale du Burkina. Les trains de la Sitaraildesservent en Côte d’Ivoire les villes de Dimbokro, Katiola, Tafiré et Ferkessédougou. Il est possible d’acheter ses billets dans les gares. A Abidjan, se rendre à la gare ferrovière d’Adjamé.

 

L’avion

La compagnie nationale Air Côte d’Ivoire dessert les vols domestiques à destination de Korhogo, Bouaké, San Pedro, Man et Odienné depuis Abidjan. Les prix sont généralement compris entre 69 600 et 109 900 F CFA (de 106 à 168 €).

 

Souscrire un abonnement eau, électricité, gaz

 

La souscription à un abonnement pour l’eau et l’électricité revient au locataire qui doit ouvrir le compte obligatoirement en son nom et s’assurer que le précédant locataire a bien résilié son contrat. Vous devez aussi vous assurer qu’il n’y a pas d’arriérées de paiement pour l’ancien locataire

 

L’eau

Pour souscrire à un abonnement pour l’eau, vous devez vous rendre à l’agence de la SODECI (Société de Développement d’Eau de la Côte d’Ivoire) la plus proche de chez vous, muni des pièces suivantes :

  • La carte nationale d’identité (CNI) ou la carte de séjour ou le passeport ;
  • Le double du contrat SODECI remis lors de la souscription du branchement simple (à récupérer avec le propriétaire de la maison) ;
  • Une autorisation d’abonnement signée et légalisée (lettre de bail, de location, de concession).

Un dossier est ouvert en votre nom ; après étude, un devis vous est soumis.

Le coût de l’abonnement est de 28 443 FCFA (43 €) pour le compteur de diamètre 15 (le diamètre du compteur est fonction du besoin en eau requis pour l’habitat et varie entre 15, 20, 30 et 40 millimètres.), y compris l’avance sur consommation de 16 500 F CFA (25 €) remboursable lors de la résiliation du contrat. 

Plus d’informations ici.

 

L’électricité

Pour souscrire à un abonnement pour l’électricité, vous devez fournir les pièces suivantes à l’agence de la CIE (Compagnie Ivoirienne d’Électricité) la plus proche de chez vous :

  • Une attestation de conformité de l’installation intérieure (SECUREL) délivrée par le Laboratoire des Bâtiments et Travaux Pubics (LBTP), à demander au propriétaire ;
  • La photocopie des pièces d’identité du propriétaire ou du locataire.

Plus d’informations ici.

Les prises ivoiriennes sont les mêmes qu’en France et le courant est à 220V, il n’y a donc pas besoin d’adaptateur pour les appareils français.

 

Le gaz de cuisine

Le gaz de cuisine n’est pas installé dans les maisons, il faut utiliser des bonbonnes. Elles s’achètent auprès des épiceries. Une caution est demandée pour la 1ère bouteille, caution qui sera rendue au moment de la remise de la bouteille. Puis les bombonnes sont échangées au prix de 4 500 FCFA (6, 16 €) pour une bombonne de 12,5 kg. 

Attention à l’installation du tuyau de gaz et aux fuites. Les accidents sont fréquents.

 

Abonnement téléphonique et Internet

 

Le téléphone

L’indicateur téléphonique de la Côte d’Ivoire est +225.

Deux opérateurs proposent des services de téléphonie fixe. Il s’agit de Côte d’Ivoire Télécomet de MTN.

Les abonnements se font dans les locaux de ces opérateurs, les recharges (cartes de crédit) sont en vente presque partout (dans les boutiques et dans la rue).

Pour la téléphonie mobile, vous avez trois opérateurs (Orange, MTN, MOOV). Pour appeler en France, Orange offre les coûts les moins élevés.

Les appels d’un réseau à un autre sont plus chers que les appels à l’intérieur d’un même réseau, pour connaitre le réseau de la personne que l’on souhaite appeler, il faut regarder les premiers chiffres de son numéro :

  • Les numéros de portable commençant par 01, 02, 03, 40, 41, 42, 43, 51, 52 et 53 sont des numéros Moov.
  • Les numéros de portable commençant par 04, 05, 06, 44, 45, 46, 54, 55, 56, 75 et 76 sont des numéros MTN.
  • Les numéros de portable commençant par 07, 08, 09, 47, 48, 49, 57, 58, 59, 77, 78 et 87sont des numéros Orange.

Vous pouvez vous procurer facilement un téléphone portable, à partir de 10 000 F CFA (15 €) dans les agences de téléphonie mobiles et des cartes SIM (puces) à 500 FCFA (0,8 €) ou 1 000 FCFA (1,53 €). Vous pouvez également faire débloquer votre téléphone portable ramené de France à partir de 2 000 FCFA (3,05 €). Les recharges et les transferts d’unités se font à tout point de rue auprès des vendeurs ambulants. 

 

Internet

Vous avez le choix entre la clé internet, l’internet mobile (sur le téléphone) et un modem pour votre domicile. Les opérateurs Orange, MTN, et MOOVproposent chacun les trois options, le mieux est encore de les comparer sur leurs sites ou de se rendre en agence pour pouvoir trouver l’offre la plus adéquate.

 

Comptes liés à la télécommunication

Les 3 opérateurs de télécommunication offrent également la possibilité d’ouvrir un compte gratuitement, ce qui permet de payer ses factures (d’Internet, de téléphone, mais également d’autres opérateurs comme par exemple l’eau, l’électricité, le câble…) par l’intermédiaire de son téléphone :

  • Orange Money pour Orange
  • MoovFlooz pour Moov
  • MTN Mobile Money pour MTN

L’ouverture du compte s’effectue en agence et les dépôts d’argent sur le compte en agence ou auprès de certains vendeurs ambulants. Attention de ne jamais donner votre code secret (de faux textossoi-disant en provenance de votre opérateur peuvent vous le réclamer), il ne sert qu’au moment du paiement ou de la consultation du compte via votre téléphone.

 

Argent

 

Conversion euro/F CFA

Taux de conversion des FCFA : 1€ = 655,957 FCFA 

Petit « truc » pour convertir de tête les F CFA en euros : prendre le prix en FCFA, retirer 3 zéros. Prendre le chiffre obtenu et lui rajouter sa moitié : cela donne le prix approximatif en euros.

Exemple 1 : 10 000 F CFA
On enlève 3 zéros -> 10
On prend 10 et on lui rajoute sa moitié (10/2 = 5) -> 10 + 5 = 15
10 000 F CFA font donc environ 15 €.
 
Exemple 2 : 4 000 F CFA
On enlève 3 zéros -> 4
On prend 4 et on lui rajoute sa moitié (4/2 = 2) -> 4 + 2 = 6
4 000 F CFA font environ 6 €.

 

Retirer de l’argent

Il est possible de retirer de l’argent dans les guichets automatiques de toutes les grandes villes de province et en capitale. Attention cependant, aux débuts et fins de mois les distributeurs peuvent être à cours d’argent suite à de trop nombreux retraits. La BNP Paribas et la Société Générale disposent de filiales en Côte d’Ivoire (respectivement la BICICIet la SGBCI) qui couvrent une bonne partie du territoire. Les Cartes VISA et MasterCard sont acceptées dans la majorité des grandes surfaces.

 

Coût de la vie

Le coût de la vie est très dépendant de l’endroit où vous vous situez : un produit équivalent n’aura pas le même prix dans les quartiers chics d’Abidjan ou dans un village. Cela dépendra également beaucoup du mode de vie que vous recherchez : à Abidjan, il est par exemple possible de se procurer assez facilement la plupart des produits que l’on trouve en France, mais il faut savoir que les produits importés sont souvent beaucoup plus chers. De même pour le logement et les transports, les prix peuvent varier énormément selon le niveau de confort que l’on choisira.

On peut cependant évaluer les coûts suivants :

  • Un repas au maquis (restaurant populaire de rue typique) : à partir de 1 500 F CFA (2,29€)
  • Une grande Flag et une petite Flag (bière) en grande surface (dans les bars, le prix varie en fonction du quartier et du standing) : 650 F CFA (1 €) et 400 F CFA (0,60 €)
  • 1,5 L d’eau minérale en bouteille : 500 F CFA (un peu moins de 1 €)
  • 1h d’Internet : entre 500 et 2 000 F CFA (de 0,75 à 3 €)
  • Un paquet de cigarettes : 800 F CFA (1,20 €)
  • Une baguette pain : 150 F CFA (0,25 €)
  • 1 kg de tomates : 650 F CFA (1 €)
  • 6 œufs : 600 F CFA (0,90€)

Il est conseillé de toujours avoir de la petite monnaie sur soi, et d’en faire autant que possible lorsqu’un paiement le permet, car de nombreux achats (marché, wôrô-wôrô…) réclament de la petite monnaie, le vendeur n’étant pas toujours en mesure d’en faire.

 

Marchandage

Comme dans beaucoup de pays d’Afrique, le marchandage est de mise en Côte d’Ivoire. Si les denrées alimentaires et les wôrô-wôrô se négocient rarement (attention tout de même de rester vigilant, le fait d’avoir l’air étranger peut inciter le vendeur à monter les prix), les taxis compteurs, les achats et prestations plus importants (meubles, artisanat,chauffeur, femme de ménage, …) sont généralement à négocier. Pour négocier, il faut donc démarrer en-dessous du prix auquel on estime le produit ou la prestation, et remonter doucement jusqu’à un prix en accord avec le vendeur (à défaut, diviser le prix par quatre et remonter vers la moitié peut éventuellement être une bonne option). Pour bien négocier, rien de mieux que d’agrémenter son discours d’une pointe d’humour ou d’éléments indiquant que vous connaissez le pays.

Si marchander est important dans beaucoup de cas pour ne pas se faire avoir, il faut aussi garder en tête que tout travail mérite un salaire décent, qui permet souvent de faire vivre une famille : il ne faut donc pas non plus aller dans l’excès inverse et négocier chaque centaine de F CFA. Savoir négocier s’acquiert progressivement, au fur et à mesure de la pratique : n’hésitez pas à demander à des ivoiriens et à comparer autour de vous afin d’affiner votre sens du négoce.

 

Autres informations

 

Décalage horaire

Le fuseau horaire de la Côte d’Ivoire est le même que celui de Greenwich, à savoir une heure de moins qu’en France lorsque la France est à l’heure d’hiver, et deux heures en moins lorsque la France est à l’heure d’été (la Côte d’Ivoire ne fait pas le changement d’heure).

 

Permis de conduire

Pour conduire en Côte d’Ivoire, il est nécessaire d’être en mesure de présenter le permis ivoirien (ou à défaut, le permis de conduire international avec le permis de conduire de son pays d’origine) et l’assurance auto. Il faut également garder à l’esprit que les règles de conduite et les conditions de circulation sont différentes de celles auxquelles un français peut avoir l’habitude.

 

Jours fériés

  • 1er janvier : Nouvel an
  • Lundi de Pâques
  • 1er mai : fête du travail
  • Jeudi de l’Ascension
  • Aïd-el-seghir (korité) : jour de la rupture du jeûne du Ramadan
  • 15 août : Assomption
  • Aïd-el-kebir (jour de la Tabaski) : fête du mouton (commémore le sacrifice d’Abraham)
  • 15 novembre : fête de la paix
  • Maouloud (nouvel an musulman) : anniversaire de la naissance du prophète
  • 25 décembre : Noël
  • 1er novembre : Toussaint

 

Bon à prendre dans ses bagages

A chacun de faire sa propre liste, mais voici quelques idées d’éléments à ne pas oublier de mettre dans sa valise :

  • Pantalons légers en coton (protège des moustiques sans tenir trop chaud)
  • K-way et/ou parapluie pour la saison des pluies
  • Une ou deux tenues qui « présentent bien » (dans certains cadres, être « débraillé » peut être vu comme un manque de respect, la tenue vestimentaire peut avoir son importance)
  • Moustiquaire éventuellement (même si on peut en trouver sur place)
  • Fournitures d’été (sandales, tongs, maillot de bain, crème solaire, Biafine, lunettes de soleil à filtre UV…)
  • Petits paquets de mouchoirs et gel nettoyant pour les mains (facile à acheter sur place) : certains plats se mangent à la main
  • Petits cadeaux typiques de là d’où l’on vient à offrir à ceux qui vous accueilleront en remerciement (notamment dans les cas où vous êtes invité : il peut arriver qu’on refuse de l’argent mais jamais un cadeau)

 

Trucs et astuces des volontaires :

  • Parler aux taxis : ce sont eux qui connaissent le mieux les villes où ils circulent. Si cela peut sembler difficile de démarrer la conversation, les taximen sont en général contents d’échanger avec leurs clients, et peuvent vous apprendre beaucoup. Demandez-leur comment ils vont, depuis combien de temps ils sont taxis, quels métiers ils ont fait avant, de quelle région ils sont originaire… Lancez la conversation et laissez-vous guider ! De quoi transformer les plus terribles embouteillages d’Abidjan en moments d’échange très sympathiques.
  • Vous avez d’autres trucs et astuces à recommander ? Contactez-nous et nous les publieront peut-être !
Retour haut de page