Accueil > Les Espaces Volontariats > Afrique > RDC > Installation du volontaire

Installation du volontaire

France Volontaires vous donne les clés d’une bonne installation :

 

Votre arrivée à l’aéroport

Les vols de et vers la France se font soit directement via Air France, soit avec escale(s) par Royal Air Maroc (via Casablanca), par Ethiopian Airlines (Via AddisAbeba) ou par Turkish Airlines (via Istanbul) ou Kenya Air (via Nairobi). Attention, les vols sur Turkish Airlines ne donnent droit qu’à un seul bagage en soute.

A votre arrivée, vous devrez remplir un formulaire, puis montrer auprès de la police des frontières votre passeport avec visa préalablement obtenu ainsi que votre carnet international de vaccination, avec la preuve d’une vaccination contre la fièvre jaune à jour (vaccin valable 10 ans).

Il arrive fréquemment que les bagages soient restés à Casablanca, Addis Abeba ou Istanbul lors de la correspondance. Ne paniquez pas, ils arriveront, et faites vous connaître au service bagages (ne perdez pas le ticket bagage qui vous est remis avec votre carte d’embarquement). Dans ces cas là, avoir prévu le nécessaire pour les 2-3 premiers jours dans votre sac de cabine est utile. Sachez également que si vos bagages n’arrivent pas le jour même, vous avez en général le droit à une indemnisation (par exemple 75 dollars pour Ethiopian Airlines). Attention, on ne vous la proposera pas. Après avoir été vous signaler au comptoir ‘Bagages’, allez voir le comptoir de la compagnie, puis rendez vous au bureau de la compagnie en ville pour réclamer votre indemnisation.

 

Aéroport de N’djili (Kinshasa) :

Pour les volontaires sous contrat avec France Volontaires, une personne vous attendra à l’aéroport. Concernant les volontaires des autres structures, si personne ne vient vous chercher, vous pouvez contacter l’Espace Volontariats de Kinshasa par e-mail ou en appelant au 00 243 81 72 72 216.

Vous pouvez également joindre l’EV du Congo-Brazzaville par e-mail ou en appelant le 00 242 06 829 76 07.

Un taxi de l’aéroport au centre ville vous coûtera 50$. Vous trouverez des taxis facilement mais n’hésitez pas à négocier ou vous pouvez appeler un taxi de confiance habilité par France Volontaires (nous contacter).

Plan de Kinshasa

 

Visa et enregistrement au Consulat

Visa

Pour tous les ressortissants hors zone CEMAC (Communauté Economique et Monétaire d’Afrique Centrale), un dossier est à constituer pour effectuer une demande en ligne.

Les visas de voyage sont délivrés pour 6 mois maximum, vous devrez ensuite obtenir un visa d’établissement auprès de la Direction Générale des Migrations.

 

Enregistrement au Consulat

Quelque soit la durée de votre séjour, enregistrez-vous au Consulat de votre pays pour être assuré de pouvoir bénéficier au plus vite de sa protection en cas de problème. L’enregistrement au consulat de France permet aux services français en RDC de vous identifier et de vous localiser, afin de vous apporter l’assistance et l’appui nécessaire en cas de troubles ou d’extrêmes difficultés.

Vous pouvez vous inscrire soit pour une simple protection consulaire (court séjour), soit vous inscrire sur le registre des Français de l’étranger si vous résidez en RDC. Une carte consulaire vous sera alors fournie. C’est également lors de cette inscription consulaire qu’il vous sera demandé si vous souhaitez voter en France ou au Consulat en RDC (à partir du 1er janvier suivant votre inscription).

Pièces à fournir pour l’inscription consulaire :

  • Carte nationale d’identité ou passeport ou carte consulaire (+ photocopie) ;
  • Résidence en RDC : visa de RDC ou contrat de travail ou bail de location ou acte de propriété ou facture d’eau ou d’électricité ;
  • Une photo d’identité.
  • Justificatifs optionnels :
  • Fortement recommandé (car obligatoire pour l’obtention ultérieure d’un passeport électronique) : copie intégrale de l’acte de naissance ;
  • Livret de famille, si vous êtes marié et/ou avez des enfants ;
  • Attestation d’assurance maladie-rapatriement.

Pour les Français déjà inscrit dans un autre poste consulaire, fournir :

  • Carte consulaire ou NUMIC ;
  • Passeport ;
  • Justificatif de domicile ;
  • Photo d’identité.

De manière générale, prenez avec vous plusieurs photos d’identité, plusieurs exemplaires de votre acte de naissance, photocopie de livret de famille, casier judiciaire,. Plusieurs de ces documents (casier judiciaire, copie de l’acte de naissance) sont disponibles très facilement sur simple demande par internet.

Pensez également à faire une photocopie (certifiée conforme) de votre passeport en cas de perte (il vaut mieux avoir dans son sac une photocopie certifiée conforme et garder le passeport en lieu sûr). N’hésitez pas non plus à scanner vos documents et à vous les envoyer par mail. Ainsi, vous pourrez en retrouver la copie aisément n’importe où dans le monde en cas de problème.

 

Logement

Trouver un logement

Trouver un logement peut s’avérer compliqué en RDC et particulièrement à Kinshasa. Il est conseillé de privilégier le centre ville pour des raisons de sécurité mais les prix pratiqués sont exorbitants (compter 3000$ pour un appartement). D’autres quartiers « Cité » peuvent être agréables à vivre et permettent une meilleure immersion : Socimat, Bandal, Lingwala, Kinshasa, Kitambo...

Renseignez vous auprès du réseau d’expatriés/volontaires. Sinon, vous ne pourrez vous passer de commissionnaires sur ce marché saturé mais tachez de trouver quelqu’un de confiance afin de visiter des locations qui conviennent à vos attentes et qui n’augmentera pas le loyer à l’insu du propriétaire pour empocher la différence. De façon générale, la commission s’élève à un mois de loyer.

Renseignez vous sur la sécurité et vérifiez qu’il y ait des moustiquaires (non trouées) aux fenêtres. Les expatriés aiment avoir la climatisation, mais en général, les volontaires s’en passent.

Vous devrez fournir une caution, qui s’élève en général de 3 à 8 mois de loyer (prise en charge par France Volontaires ou le partenaire pour les VP). Les loyers sont souvent payables par 3 mois.

Pour les volontaires de France Volontaires, votre logement est pris en charge dans la limite du budget mis en place par le partenaire. Une collocation à deux ou trois permet d’avoir une petite maison avec cour ou petit jardin. Vous devrez trouver vous-même votre logement, même si France Volontaires vous aidera en fonction de vos préférences (seul ou en colocation…). Eventuellement, vous pourrez récupérer le logement de votre prédécesseur. Mettez vous en contact avec l’Espace Volontariats dès que vous apprenez votre affectation.

 

Personnel de maison

Il est conseillé de faire appel à un gardien, notamment pour la nuit. Comptez environ 300$ par mois pour un gardien de nuit effectuant 6 nuits par semaine. Il peut arriver que les gardiens soient eux même les organisateurs de cambriolages, donc il est souhaitable que votre gardien vous soit recommandé par quelqu’un de confiance.

Rares sont les personnes ne faisant pas appel à une ménagère. Il est important que vous puissiez lui faire confiance, puisque vous lui laisserez vos clefs et qu’il arrive qu’il y ait des vols (qui peuvent aller d’un peu de shampooing à un appareil photo). A vous de déterminer combien de temps vous voulez l’employer. Pour 2 matinées par semaine, comptez 100$ par mois.

 

Assurance habitation

Une assurance multi-risques habitation coûte environ entre 300$ par an (en fonction de la valeur du bâtiment et de l’équipement). Ainsi vous êtes couverts contre vol par effraction, dégâts des eaux et incendie. Attention, l’argent liquide n’est pas remboursé !!!

France Volontaires prend en charge l’assurance habitation pour ses volontaires.

 

Ameublement

Vous trouverez des menuisiers qui fabriquent directement les meubles dont vous pourrez avoir besoin (souvent, ils « exposent » dans la rue). Soyez vigilants sur la qualité, et n’hésitez pas à vous renseigner sur les prix auprès de Congolais (pour ne pas vous faire avoir). Attention également aux délais (acheter un meuble déjà fait plutôt que sur commande peut vous éviter de devoir harceler le menuisier en retard et vous assurer de la conformité du meuble avec votre demande). Généralement, la moitié de la somme est versée à la commande (faites signer un reçu avec détail de la commande), l’autre moitié à la livraison (ne payez que si la commande est conforme, sinon, vous avez peu de chances de revoir le menuisier venir arranger ledit meuble).

Dans la Gombe, vous trouverez facilement des magasins spécialisés vendant des produits importés neufs (meubles/électro ménagers..). N’hésitez pas à négocier les prix.

Pour ses volontaires, France Volontaires prend en charge le canapé, une table avec chaises, une cuisinière, un frigo, un lit et une armoire. Le reste (petits équipements) est à votre charge (indemnité d’installation).

 

Se déplacer en RDC

Se déplacer à Kinshasa

La ville de Kinshasa compte 10 millions d’habitants et est divisée en 24 communes. Se déplacer n’y est pas évident de par la complexité des transports et les embouteillages importants.

Si un véhicule est mis à votre disposition, vérifiez que le conducteur est bien couvert par l’assurance (parfois seul le véhicule l’est). Dans un premier temps, il est conseillé d’avoir recours à un chauffeur (compter 300$/mois) afin de prendre vos repères et de pouvoir vous orienter dans la ville. Prenez garde lors des réparations aux échanges de pièces qui peuvent avoir lieu ainsi qu’en cas d’accident, ne laissez pas votre véhicule sur place.

Le taxi est le mode de déplacement généralement utilisé par les Congolais. Vous pouvez louer un taxi « express » qui vous mènera d’un point A à un point B. Vous serez seul dans le véhicule et il vous en coutera entre 2500FC (2€) et 4500FC (3.8€) selon la distance et l’heure. Il est recommandé de se constituer une liste de chauffeurs de taxis fiables à appeler lors de vos déplacements, notamment nocturnes. Vous pouvez également les louer à l’heure (10$) ou à la journée (50$).

Il existe également des taxis collectifs (voitures) qui suivent des itinéraires pré-déterminés. Des arrêts informels sont institués en plus des deux points centraux et points de changement (Victoire et Kitambo Magasin) et à chaque destination correspond un signe de la main pour arrêter les taxis. N’hésitez pas à vous faire aider des Congolais pour apprendre ces signes. Le prix est fixe : 500FC (0.40€) par trajet. Assurez vous de la sécurité dans le véhicule (passagers présents et état du véhicule). Evitez de prendre ces taxis après 20h et privilégiez les taxis express avec vos chauffeurs connus.

Enfin, il existe des bus collectifs. Appelés couramment « esprits de mort », leur usage est déconseillé notamment en raison de l’état des véhicules et de la dangerosité de leurs conducteurs.

Dans tous les cas, pensez à verrouiller votre portière et à ne pas tenter les vols en laissant en vue votre sac.

 

Se déplacer entre villes et départements

Pour des raisons de sécurité, la plupart des déplacements s’effectuent en avion entre les villes de la RDC.

Il est possible de se rendre à Matadi et Boma en voiture par la Nationale 1 (env. 4heures de route). De façon générale, pour les déplacements hors de Kinshasa, il est conseillé de ne pas partir seul et de circuler en convoi.
Pour vous rendre à Brazzaville (Congo voisin), v
ous aurez besoin d’un visa en présentant :

  • Votre passeport en cours de validité ;
  • Le formulaire de demande ;
  • Une lettre d’invitation/mission/réservation d’un hôtel ;
  • 80$ pour un visa tourisme de 15 jours.

Le Consulat est situé sur le Boulevard du 30 juin (proche du Rond-Point Batetela, Ministère de la Santé). Comptez une semaine pour l’obtention du visa.

La traversée s’effectue à partir du Beach (proche de la Gare centrale) par canots rapides (environ 10min de trajet) mais comptez au moins 1h30 pour les démarches administratives de chaque côté. Faites-vous aider par une connaissance pour les démarches qui peuvent s’avérer compliquées. Contactez nous pour connaitre les personnes qui vous aideront à Kinshasa puis Brazzaville.

Attention, les canots s’arrêtent à 15h30 en semaine et à 12h le dimanche et jours fériés.

 

Souscription d’un abonnement en eau et électricité

Vous pourrez facilement souscrire ces abonnements auprès de la SNEL pour l’électricité et la Regideso pour l’eau. Les deux sièges se trouvent sur le Boulevard du 30 juin.

Si un abonnement est déjà souscrit par le propriétaire, n’acceptez pas de régler les impayés du prédécesseur. Au besoin, en cas de mauvaise surprise, déduisez de votre prochain loyer les factures du précédent locataire que vous avez dû payer pour qu’on ne vous coupe pas l’eau ou l’électricité (ce qui peut aller très vite), et dites au propriétaire de s’arranger avec le précédent locataire.

Les factures sont déposées chez vous (sous votre porte si vous n’êtes pas là). Vérifiez qu’il s’agit bien de la vôtre, il arrive qu’il y ait des erreurs avec un voisin. Il faut payer très rapidement les factures, car la SNEL et la Regideso ne mettent pas longtemps avant de couper. Et vous pourrez subir des frais de remise en route. Sans compter que cela peut mettre plusieurs jours avant que la remise en route soit effective.

Note sur la fourniture d’eau et d’électricité :
Selon les quartiers et les villes, les coupures d’eau et d’électricité peuvent être fréquentes. Notez qu’en général l’eau arrive dans la maison grâce à un surpresseur, qui fonctionne à l’électricité. Ce qui veut dire pas d’électricité = pas d’eau.

Beaucoup d’expatriés considèrent que le groupe électrogène est en conséquent indispensable. En général, les volontaires n’en possèdent pas (cela augmente le prix du logement) et se débrouillent très bien sans. Il conviendra en revanche de faire des réserves d’eau, d’avoir des seaux (pour la douche) et d’avoir des lampes torches (et des piles si ce n’est pas une lampe à dynamo  !). Dans tous les cas, quand vous visiterez une maison, vérifiez qu’il y a une bâche à eau (réserve d’eau souvent enterrée qui alimente la maison en eau et vous permet de tenir quelques jours) et un surpresseur.

 

Souscription d’un abonnement pour téléphone et internet

Téléphone

Il y a très peu de téléphones fixes. En revanche, les téléphones portables sont très répandus. Pensez à venir avec un ou deux téléphones débloqués (déblocage gratuit en France auprès de votre opérateur si votre téléphone a plus de 3 mois).

Une carte SIM coûte 500FC (0.40 €) et vous aurez le choix entre plusieurs opérateurs (Vodacom, Tigo et depuis peu, Orange). Vous pourrez ensuite acheter des crédits via des cartes prépayées ou par transfert dans les boutiques ou auprès des vendeurs dans la rue. Comptez environ 5$ pour 15min de communication vers la France. Sachez que la plupart des Congolais ont plusieurs puces afin de payer moins cher en appelant ou en envoyant des sms vers le même opérateur.

A Kinshasa, le réseau correct et les coupures sont rares. Hors des grandes villes, c’est beaucoup plus aléatoire. Selon où vous êtes affecté (et notamment pour les volontaires qui seront dans des petites villes ou en brousse), renseignez vous sur les opérateurs qui fonctionnent le mieux là bas auprès de votre structure d’accueil.

 

Abonnement internet

Concernant Internet, le plus simple est d’acheter une clé 3G et de recharger en crédit selon vos besoins. Là aussi, vous aurez le choix entre les opérateurs. Comptez 50$ pour l’achat de la clé puis 20$ pour 750Mb/mois ou 50$ pour 3Go/mois. Ces clés fonctionnement correctement et avec 3Go/mois, vous pourrez naviguer, télécharger quelques fichiers et skyper sans problème.

 

Changer son argent

En RDC, deux monnaies sont en circulation : le dollar américain et le franc congolais.
Les retraits d’argent se font en dollars et les achats importants se règlent dans cette même monnaie. Mais pour les dépenses quotidiennes, vous devrez changer les dollars en francs congolais. Vous effectuerez facilement le change dans les banques ou, plus simple, en payant vos achats dans les supermarchés et en demandant la monnaie en FC, ou dans la rue.

Faites attention aux frais de changes et au retour de monnaie.
Taux de conversion : 1€ = 1,35$
1$ = 920FC mais la plupart des changeurs dans la rue pratiquent le taux 1$ = 900FC.

France Volontaires verse votre indemnité sur un compte français. Il vous faudra donc récupérer votre argent en RDC. Vous pouvez ouvrir un compte en RDC et faire des virements (mais pensez aux frais et aux difficultés pour fermer votre compte congolais à votre départ). La plupart des volontaires n’ont pas de compte au Congo, sauf lorsque leur partenaire le demande pour verser des frais de mission), vous pouvez également retirer de l’argent en distributeur automatique.

Pensez à prendre rendez-vous avec votre banquier avant votre départ et à souscrire une option internationale permettant de retirer sans frais et qui peut s’avérer utile en cas de perte ou vol de carte sur place.

 

Venir avec son animal de compagnie

Il est tout à fait possible de venir avec son chien ou son chat.

Pour rentrer en RDC, il aura besoin d’une vaccination contre la rage (en plus des autres vaccins) à jour. Attention, une vaccination contre la rage n’est valide que 21 jours après une primo-injection, prenez vous y à l’avance. Il aura également besoin d’un certificat de bonne santé établi par votre vétérinaire, maximum 5 jours avant votre départ. Le vétérinaire vous fournira un passeport européen pour animal de compagnie (dont vous aurez besoin pour le retour en France).

Pour revenir en France, la procédure est plus compliquée, et il est fortement conseillé d’avoir accompli les formalités avant de quitter le territoire français. En effet, pour revenir en France, votre animal devra, en plus d’une vaccination contre la rage en cours de validité (rappel tous les ans), être correctement identifié (puce électronique), avoir un certificat sanitaire effectué par le vétérinaire avant le voyage et avoir un résultat positif au titrage sérique des anticorps antirabiques.

Cet examen peut se réaliser minimum un mois après la primo vaccination contre la rage, et devra être effectué 3 mois minimum avant l’importation de l’animal en France (ne vous y prenez pas au dernier moment !). Il sera valide toute la vie de l’animal tant que le rappel est effectué à temps (maximum 365 jours après l’injection précédente, sinon il faut réeffectuer une primo-vaccination et refaire un titrage sérique en respectant tous les délais). Il est possible de faire ce test une fois sur place, mais cela se révèlera plus compliqué puisqu’il vous faudra faire acheminer l’échantillon de sérum prélevé par le vétérinaire au laboratoire en France, celui-ci devant être agréé par l’Union européenne (par quelqu’un prenant l’avion pour la France puis postant l’échantillon). Il est donc vivement conseillé de faire cet examen avant de quitter la France. Le rappel des vaccins et tout autre besoin pourra être réalisé par un vétérinaire sur place.

Il est également conseillé d’acheter en France un stock d’antipuces et de vermifuges qui pourront se révéler utiles. Et pour ce qui est de la santé, sachez que les chats et chiens ne peuvent pas attraper de paludisme, mais qu’ils peuvent contracter des vers de Cayor. Pensez aussi à ce que la race de votre animal puisse être adaptée au climat local (chaud et humide).
Sur place, ne laissez pas vagabonder votre animal (même votre chat) hors de votre parcelle, vous risqueriez fort de ne plus le revoir…

Vous trouverez croquettes, pâté et litière dans les supermarchés. N’hésitez pas à faire quelques réserves quand les supermarchés sont approvisionnés en cas de rupture de stock (rares mais qui pourraient se révéler ennuyeuses).

Enfin, n’oubliez pas d’informer votre compagnie aérienne que vous voyagez avec un animal, et ce avant que le billet d’avion ne soit pris (pour les volontaires de France Volontaires, prévenez bien en avance l’unité Gestion administrative qui prend votre billet). S’il est petit (poids maximum qui dépend des compagnies aériennes), il pourra voyager en cabine avec vous. Sinon, vous devrez acheter une cage respectant certaines normes pour qu’il voyage en soute.

Pour plus de détails concernant l’importation en France d’un animal, consultez le site du ministère du Commerce extérieur.

 

Préparer sa valise

Voilà, vos formalités administratives sont effectuées, et maintenant vous devez boucler votre valise. Les VSI partent en général avec seulement le poids autorisé par la compagnie aérienne (en général 2 X 23 kg sauf Turkish Airlines) Que faut-il prendre ? Qu’est ce que je pourrai trouver sur place ?

Vous trouverez la plupart des choses sur place, même si ça sera souvent bien plus cher qu’en France (souvent au moins le double). Nombre de vos produits européens habituels se retrouvent dans les supermarchés (nombre de supermarchés sont concentrés sur le Boulevard mais vous en trouverez facilement dans les autres quartiers). A vous de voir la place dont vous disposez dans votre valise, si vous avez droit à des malles (VIE/ VIA) etc. Vous pouvez également payer une valise supplémentaire, mais il vous faudra pour cela débourser environ 150€.

A PRENDRE

  • Des vêtements et des chaussures (dont des chaussures de marche) ! C’est le moment de faire les soldes et de refaire votre garde robe, et ce pour la durée de votre séjour. Vous ne trouverez pas de magasins de vêtements comme en France, mais plutôt des friperies, ou vous pourrez vous faire coudre sur place des vêtements chez un tailleur avec le tissu d’un pagne. Pour les chaussures, sachez que marcher avec des talons en RDC peut se révéler compliqué en raison de l’état particulièrement détérioré des rues même si les Congolaises semblent en avoir pris leur parti !
  • Un petit sac de couchage/sac à puce, pour vos excursions hors de la ville. Vous en trouverez des petits modèles pas du tout encombrants dans les magasins qui ont du matériel de randonnée (Go sport, Décathlon, Vieux Campeur etc) ;
  • Vous aurez grand besoin d’une lampe torche, que ce soit pour vos week ends en brousse ou pour les fréquentes coupures d’électricité. Vous en trouverez en RDC, mais d’une qualité moyenne. Une lampe torche frontale s’avèrera très pratique. Les lampes torches dynamo sont pratiques mais s’usent vite ;
  • Un couteau suisse, un peu de ficelle, un petit kit de couture… ;
  • Votre appareil photo et des cartes mémoires bien sûr ;
  • Des films et séries, de la musique, les loisirs étant assez limités. N’hésitez pas non plus à prendre un jeu de cartes… ;
  • Un (voire deux) téléphones débloqués ;
  • Ce n’est pas parce que vous partez en Afrique qu’il va tout le temps faire une chaleur insupportable : n’oubliez pas de prendre quelques pulls légers, notamment pour la saison sèche ainsi qu’un K-way pour la saison des pluies !

 

PEUT ETRE PRIS MAIS AUSSI TROUVE SUR PLACE

  • Médicaments. On a tendance à apporter tous les médicaments qui pourront s’avérer utiles, de peur de ne pas les trouver sur place mais aussi par crainte des contrefaçons. En effet, il y a beaucoup de contrefaçons, mais il suffit de s’approvisionner dans une pharmacie sûre. La pharmacie du 30 juin (sur le Boulevard) est sûre et bien fournie. N’emportez donc que l’essentiel (paracétamol, anti diarrhéique, pilule …) et un éventuel traitement particulier que vous suivriez. Prendre un peu plus de choses si vous êtes affecté en brousse (n’oubliez pas de prendre des antipaludéens et des tests rapides si vous êtes affecté ou en déplacement loin de toute structure médicale ;
  • Cosmétiques. On trouve des cosmétiques dans les supermarchés, mais avec peu de choix. Vous pouvez donc prendre de quoi tenir les premiers temps (inutile de venir avec 4 gels douche), mais si vous êtes limité dans vos valises, rassurez vous, on trouve tout ce dont vous pourrez avoir besoin. Il faudra simplement faire des concessions sur vos marques favorites. Si vous aimez particulièrement une crème, n’hésitez cependant pas à vous faire plaisir et à rapporter cela. Vous pouvez également rapporter votre maquillage.
  • Des préservatifs. Evitez les marques locales qui ne sont pas forcément de bonne qualité. Vous trouverez cependant des marques européennes dans les supermarchés ou en pharmacie (mais, comme tout produit importé, plus cher qu’en France).
  • Crème solaire : on en trouve en RDC, mais plus chère qu’en France
  • Linge de maison. Vous trouverez des draps mais chers ou de qualité moyenne (en nylon). Vous trouverez sans problème des serviettes de bain. Si vous êtes limité dans vos bagages, vous pouvez en prendre une petite pour les premiers jours puis acheter sur place.
  • Gels hydroalcooliques, produits antimoustiquesetc : vous trouverez sur place, mais plus cher qu’en France.
  • Vous ne trouverez que peu de livres sur place.

 

Indicatifs de prix

Indicatifs de prix 2013

  • Un repas dehors (boisson comprise) varie entre 3 et 50$ selon le lieu et le standing choisi ;
  • Bière ou boisson (60cl) : habituellement 800FC (0.70 €), un peu plus dans les restaurants (2 à 4$) ;
  • Bouteille d’eau 0,5l : 500 FC (0.40€)
  • Un paquet de pâtes marque discount : 1500FC (1.27 à 1.70€)
  • Une sauce pour les pates : 2000FC (1.70€)
  • 4/5 tomates : 2000FC (1.70€)
  • Courgettes/aubergines/concombre : 500FC/pièce (0.40€)
  • 200 grs de café instantané : 8500F (7.20€)
  • Un boîte de thé : 6000F (5.10€)
  • 1 litre de jus de fruit : 2500F (2.10€)
  • 12 rouleaux de papier toilette : 9500F (8€)
  • Course de taxi dans Brazzaville : 500 FC (0.40€)
  • Paquet de cigarettes locales : 2000FC (1.70€)
  • Paquet de Marlboro : 4000FC (3.40€)
  • Spectacles : la plupart des spectacles sont gratuits mais certains peuvent être payants (10$) ;
  • Entrée piscine : 10 à 20$ selon le lieu ;

 

Pourboires :

Entre 500FC (0.40€) et 5$ selon le service. Il est d’usage de laisser un pourboire dans les bars et restaurants mais aussi aux gardiens ou autres personnes qui vous rendront des petits services.

De façon générale, tous les produits importés vous couteront chers (plus qu’en Europe) mais en choisissant des produits locaux, vous pourrez non seulement consommer congolais et vous satisfaire de votre indemnité de volontaire.

Retour haut de page